Baromètre Métiers & Tendances – RENTREE 2016


Notre baromètre est de retour avec un tour d’horizon de quelques tendances  observées récemment sur nos métiers…

CORPORATE – Large & Mid Caps

– Marché assez stable en excluant les réorganisations internes.

– Beaucoup de projets pour les DAF et Directeurs Comptables – la « ré-internalisation » de postes autrefois externalisés ou la robotisation de certaines fonctions comptables créent des forts impacts sur les métiers. Ces « Hommes Orchestre », à la fois bons communicants et habiles pilotes de conduite du changement, sont plus que jamais très courtisés.

– Les opérations de croissance externe restent soutenues.

– Globalement les derniers trends gardent le cap cette rentrée et les échéances réglementaires exercent une pression forte sur diverses fonctions.

ASSET MANAGEMENT / PRIVATE BANKING

– Claire reprise depuis juin et un marché en mutation !
MiFid et réglementations poussent d’un côté, les chantiers des grandes fusions avancent et éprouvent le besoin de différents spécialistes en accompagnement de changements et évolutions, et nous voyons même quelques projets de développement chez les Family Offices. Résumé des tensions en 3 grands points-clé : changement de business model, contraintes réglementaires et concentration du marché.

– Demande pour Banquiers privés en hausse, la recherche pour les experts en risques et conformité continue en tête de course et même l’immobilier reste actif. Belle rentrée !

– Quelques besoins d’analystes crédit talentueux.

BANQUE D’INVESTISSEMENT, FINANCEMENTS & MARCHES

– Sachez être réactifs sur les recrutements d’experts!

– Côté Marchés, on taille dans les coûts. Rentabilité attendue si profil senior. Moins performants = danger. Peu, voire pas de besoins, sauf si démission ou lancement/relance de franchise.

– Côté Financements, stabilité, les banques sont autosuffisantes, sauf exception.

– On sent toutefois qu’une lame de fond se dessine en financements de projets et d’actifs liée notamment à l’arrivée de nouveaux acteurs et au renforcement évoqué, à venir, des acteurs en place. De bon augure car les attentes pour évoluer sont nombreuses. Préparez-vous. Sans compter l’impact de ces développements sur les fonctions support, d’accompagnement de business (risque crédit, legal, portfolio…).

M&A

– Activité soutenue même si en mid cap l’année 2016 s’annonce moins bonne que le cru précédent, priorité à la qualité de l’exécution, avoir une équipe en ordre de marche est un prérequis : de l’analyste au directeur « deal oriented », des besoins existent, le marché est là.

– Les acteurs du M&A cherchent, pour ceux qui n’en on pas encore, à se doter de spécialistes en restructuration, debt advisiory.

– Côté large caps, on retrouve les acteurs du marché sur les mêmes deals.

PRIVATE EQUITY

– Fonds thématiques (infra, immobilier…) : Un marché qui continue de se structurer, avec des besoins et des attentes très spécifiques, les exigences sont clivées sur la nature des réalisations et l’opérationnalité. Priorité aux profils entre 4 et 8 ans d’expérience à fort potentiel, adaptables, avec une dimension internationale.

– Côté capital développement, plutôt une stabilisation des effectifs, quand les fonds de dette finalisent leurs équipes (analystes senior toujours recherchés, chargés d’affaires issus de la BFI ou du LBO également).

– Les fonctions d’accompagnement, notamment Directeur des Opérations, sont en plein essor, des besoins existent.

– Coté Levée de fonds, une grande disparité dans un marché très concurrentiel, certains peinent, d’autres lèvent rapidement…, les bons Responsable relations investisseurs sont courtisés….mais le track record reste la clé de tout.

CORPORATE BANKING

– Experts demandés! Les financements spécialisés ont le vent en poupe, les crédits structurés immobiliers reprennent du poil de la bête, notamment dans leur version hypothécaire, laissant le crédit-bail immobilier beaucoup moins sollicité.

– Le renforcement des équipes continue, dans les postes d’experts liés aux évolutions et aux risques inhérents des systèmes d’information (MOA). Audit et Risk Management toujours en forte demande.

– Concernant le Retail Banking, ambiance plutôt morose et peu de visibilité pour les équipes en place. Optimisation de coûts avant tout et digitalisation des processus en cours…

ASSURANCE

– Après les « gentils » rappels, la phase de contrôle est en cours et on passe aux amendes…

– Suite aux fusions, dans les fonctions de marketing et développement, il y a pléthore de collaborateurs tandis que les besoins existent dans les fonctions centrales (actuariat, comptabilité, etc.)

– Déficit structurel en termes de qualifications maintenant exigées dans les postes créés par les réglementations Européennes, candidats très sollicités.

CONSEIL

– Les longues procédures de recrutement jouent contre les employeurs dans un environnement hyper compétitif, dans les fonctions de contrôle interne ou risque, par exemple, le processus de recrutement devrait montrer davantage de motivation de la part de l’employeur.

– Les assureurs n’arrivent pas à recruter, automatiquement la pression se décale d’un cran…