Rentrée 2016 : les métiers de la finance au top en France


478167169by Thierry Iochem le 22/06/2016

C’est aujourd’hui le premier jour de l’automne. A cette occasion, le cabinet de chasse de têtes parisien Vendôme Associés vient de publier son Baromètre Métiers & Tendances – Rentrée 2016. Comme nous l’avions fait pour le baromètre précédent, nous avons demandé à Denis Marcadet et Corinne Orémus, respectivement président fondateur et directrice générale déléguée de Vendôme Associés, de commenter en exclusivité pour eFinancialCareers.fr les métiers qui ont le vent en poupe ainsi que les grandes tendances observées, que nous avons complétées par des commentaires d’autres recruteurs en finance et des exemples concrets.

BANQUE DE FINANCEMENT ET D’INVESTISSEMENT

« En banque d’investissement, le marché est contraint, avec une course à la rentabilité et la réduction des coûts », observe Denis Marcadet. Il n’y a a donc pas beaucoup de besoins, sauf en cas de démission ou de lancement/relance de franchise.

« La grande nouveauté 2016, c’est que les banques d’investissement ne regardent plus seulement en interne mais commencent à chercher des profils experts en externe », relève le président fondateur de Vendôme Associés. « Sachez être réactifs sur les recrutements d’experts ! », conseille-t-il. Il existe en effet des opportunités pour les fonctions clés qui génèrent de la rentabilité. Par contre, les moins performants (y compris ceux qui sont en poste) auront du souci à se faire…

Il en va de même pour la banque de financement constate Denis Marcadet, qui sent qu’une lame de fond se dessine en financements de projets et d’actifs liée notamment au renforcement en cours ou à venir de certains  acteurs de place. Sans compter l’impact de ces développements sur les fonctions support, d’accompagnement de business (risque crédit, legal, portfolio…). Quant aux fonctions de contrôle et d’inspection elles sont en quête de profils expérimentés ( chef de mission notamment ) et spécialisés.

« Les fonctions risques et conformité restent valorisées », confirme Olivier Coustaing, associé au sein du cabinet de chasse de têtes Managers by Alexander Hughes Paris, qui constate par ailleurs que « certains acteurs pensent à renforcer leurs fonctions support (RH, Marketing,…) par de vrais experts ».

FUSIONS & ACQUISITIONS (M&A)

Dans les fusions et acquisitions, Vendôme & Associés constate une activité soutenue même si en mid cap, l’année 2016 s’annonce moins bonne que le cru précédent. Ce qui – soit dit en passant – n’empêche pas les recrutements sur ce segment. Fin août, par exemple, Mansartis a renforcé son équipe de fusions-acquisitions avec l’arrivée de Thomas Chomel qui sera en charge de l’origination et de la conduite de transactions mid-cap auprès d’ETI et de PME ainsi que de fonds d’investissement.

La priorité est donnée à la qualité de l’exécution. « Avoir une équipe en ordre de marche est un prérequis : de l’analyste au directeur ‘deal oriented’, des besoins existent, le marché est là », observe Denis Marcadet. Les acteurs du M&A cherchent, pour ceux qui n’en ont pas encore, à se doter de spécialistes en restructuration, debt advisory.

Mieux encore : le Brexit pourrait booster les fusions et acquisitions en France selon la dernière étude Intralinks Deal Flow Predictor. « La France affiche une croissance à deux chiffres des activités de M&A en phase initiale, ce qui signifie que, par rapport à 2015, nous devrions assister d’ici la fin de l’année à une forte augmentation des opérations de fusions & acquisitions en France », explique Philip Whitchelo, vice-président pour la stratégie et le marketing produits chez Intralinks.

PRIVATE EQUITY

Le marché continue de se structurer, avec des besoins et des attentes très spécifiques, notamment sur les fonds thématiques (infra, dette immobilier…). « Après avoir pourvu les besoins en directeurs seniors dotés de 8 à 12 ans d’expérience, priorité est donnée aux profils entre 4 et 8 ans d’expérience à fort  potentiel, adaptables, avec une dimension internationale », observe Denis Marcadet.

Coté capital développement, il constate plutôt une stabilisation des effectifs, quand les fonds de dette finalisent leurs équipes (analystes senior toujours recherchés, chargés d’affaires issus de la BFI ou du  LBO également).  Quant aux fonctions d’accompagnement, comme le Directeur des Opérations, elles sont en plein essor. Idem pour le Responsable relations investisseurs, très courtisé pour favoriser les levées de fonds dans un marché très concurrentiel.

A noter que certains acteurs de la place se renforcent, à l’image du Crédit Mutuel Arkéa qui a annoncé mardi le lancement d’Arkéa Capital Managers, un nouveau véhicule de private equity doté de 200 millions d’euros qui réalisera des investissements pour compte propre.

ASSET MANAGEMENT / BANQUE PRIVEE

Changement de business model, contraintes réglementaires et concentration du marché. : Denis Marcadet fait état d’une nette reprise depuis le mois de juin. « MiFid et réglementations poussent d’un côté, les chantiers des grandes fusions avancent et éprouvent le besoin de différents spécialistes en accompagnement de changements et évolutions, et nous voyons même quelques projets de développement chez les Family Offices », explique-t-il.

Le cabinet Vendôme Associés constate par ailleurs une demande en hausse pour les Banquiers privés, la recherche pour les experts en risques et conformité continue en tête de course.

Là aussi, le Brexit pourrait constituer une sérieuse opportunité. Le groupe genevois SYZ Asset Management se voit ainsi contraint de reconsidérer l’ensemble de son organisation européenne et àaccélérer son développement en France.

CORPORATE BANKING / FINANCE D’ENTREPRISE

« Les recrutements liés aux financements spécialisés (crédit bail, affacturage paneuropéen, etc.) se sont renforcés », nous fait remarquer Corinne Orémus, avec une tension particulière sur les postes d’experts liés aux évolutions et aux risques inhérents des systèmes d’information (ex : MOA). Quant aux crédits structurés immobiliers, ils reprennent du poil de la bête, notamment dans leur version hypothécaire, laissant le crédit-bail immobilier beaucoup moins sollicité.

En finance d’entreprise, Corinne Orémus constate qu’il y a beaucoup de projets pour les DAF et Directeurs Comptables – la « ré-internalisation » de postes autrefois externalisés ou la robotisation de certaines fonctions comptables dans de grosses équipes créent des forts impacts sur les métiers. Ces « Hommes Orchestre », à la fois bons communicants et habiles pilotes de conduite du changement, sont plus que jamais très courtisés.

Ce n’est pas le cabinet Robert Half qui la contredira puisqu’il a classé le Responsable administratif et financier comme le ‘Job en or’ 2016-2017 en finance-comptabilité. « Confronté à un environnement économique, social et technologique particulièrement mouvant, il est désormais l’un des acteurs majeurs de la conduite du changement dans son entreprise », observe Bruno Fadda, directeur de Robert Half Finance et Comptabilité.

eFinancialCareers.fr

(Cliquez sur le logo pour accéder au site efinancialcareers)