“Panique fiscale chez les financiers parisiens”


Agefi

 

Les nouvelles mesures sont mal vécues par les professionnels basés en France, de plus en plus tentés par une délocalisation.

 

Par Soraya Haquani le 22/11/2012 pour L’AGEFI Hebdo

 

Récemment, un chasseur de têtes m’a appelé pour me proposer un poste très intéressant, mais dès que j’ai su qu’il était basé à Paris, j’ai immédiatement décliné, raconte un gérant diplômé d’une école d’ingénieurs française qui occupe une fonction à responsabilités au sein d’une banque à Londres. C’est à cause de la fiscalité que j’ai refusé cette offre. Les hauts revenus sont très mal perçus en France, c’est vraiment l’impression que j’ai. » Ce financier n’est pas le seul à exprimer de la défiance à l’égard de la place parisienne. Chez les professionnels qui travaillent à Paris, les mesures fiscales prévues dans le projet de loi de Finances 2013 ont soulevé un vent de panique. Un sentiment que tous préfèrent néanmoins évoquer sous couvert d’anonymat. « Notre image est déjà assez détériorée, on ne va pas y ajouter l’étiquette d’évadés fiscaux », grince un banquier qui s’interroge sur le fait de rester en France.

Des départsSelon un sondage du site d’emploi spécialisé eFinancialCareers mené entre fin septembre et début octobre, la moitié des 268 financiers interrogés pensent que leur poste est menacé par l’action du gouvernement et 66 % jugent que face à cette incertitude, un départ à l’étranger pourrait être une solution. […]

 

 

 

AgefiHEBDO

Cliquez ICI pour lire l’intégralité de l’article.