"La génération montante se dévoile"


Issus de parcours plus divers et dotés de compétences nouvelles, les cadres de la finance à des fonctions de direction ont des attentes fortes quant à l’évolution de leurs carrières

 

 

Extraits de l’article de Soraya Haquani paru dans l’AGEFI Hebdo du 19 au 25 Mai 2011:

 

  

L’apport technique

 

La longévité dans un métier, la fidélité à l’employeur et la performance ne sont plus les seuls moteurs d’avancement des carrières. En effet, les qualités de management et relationnelles, la diversité des parcours, sont davantage considérées. « On voit un mode de sélection plus nourri, aux exigences tant individuelles que ‘métier’, remarque Denis Marcadet, président du cabinet de chasse de têtes Vendôme Associés. Le management est l’expression de compétences multiples. » Pour pouvoir permettre aux cadres de devenir un jour dirigeants, les établissements financiers ne se focalisent plus seulement sur leurs compétences techniques. « Outre une parfaite apréhension des métiers de front-office, des produits et de leur complexité, les managers dans les risques se doivent d’afficher charisme, leadership, dynamique pédagogique, en clair des talents managériaux », signale par exemple Denis Marcadet.

[…]

Autre constat : les jeunes managers qui ont grimpé dans les organigrammes à la faveur de l’appel d’air créé par les départs sont ambitieux et attendent des évolutions de carrières plus rapides que celles de leurs prédécesseurs. « La crise a aiguisé l’appétit des jeunes générations et modifié leur mentalité, analyse Denis Marcadet. Coup d’arrêt brutal à toute progression et remise en cause de la vie professionnelle de leurs ainés les ont précipités vers une dynamique entrepreneuriale, avec le souhait de ne plus attendre dix ans pour avoir un poste digne d’intérêt »

[…]

« Les maisons à taille humaine telles les banques d’affaires, les boutiques, ont trouvé grâce à leurs yeux, de par leur capacité à mettre vite en situation, à les responsabiliser, voire à faire du ‘sur mesure’, là où les grands groupes, bloqués dans leur processus de sélection et de décision, peinent à les faire émerger », explique Denis Marcadet. »

 

 

Cliquez ICI pour lire l’article dans son intégralité.