"Il faut arrêter de diaboliser la profession financière." Denis Marcadet dans "La Tribune"


Flash Interview avec Denis Marcadet paru dans La Tribune du 28/03/09. Par Matthieu Pechberty

 

Que pensez-vous de la nouvelle polémique sur les bonus des traders ?

Il faut arrêter de diaboliser la profession financière. Il est clair qu’il y a eu des excès mais beaucoup moins à Paris, qu’à Londres ou à New-York. On retient l’image caricaturale du trader anglo-saxon qui ne reflète pas la réalité du marché français. Il est vrai que ces rémunérations sont élevées par rapport à celle de la majorité de la population. Mais dans les banques de financement et d’investissement, certains métiers peuvent contribuer fortement aux profits de la banque.

Qui bénéficie de ces bonus ?

Il n’y a pas que les traders, il y a aussi les salariés. Y compris ceux qui travaillent pour les financements aux entreprises, les financements d’infrastructures… et les fonctions supports, le contrôle des risques ou la conformité. La rémunération variable de ces professions, qui était délaissée ces dernières années, a été nettement revue à la hausse.

 

Y a-t-il des limites à ce genre de polémique ?

Nous avons en France des talents dans ces métiers de l’industrie financière. On peut continuer à livrer ces gens à la vindicte populaire. Mais ils finiront par partir chez les concurrents ! car il y aura toujours une demande pour les meilleurs. Les banques américaines se pressent de rembourser leurs aides publiques pour relancer leurs activités et surtout pouvoir rémunérer à leur guise. Il faut garder des bonus corrects pour conserver les talents qui créeront les innovations et les profits de demain.

 

LaTribune.fr