"Et si vous passiez d’une grande banque à une structure plus petite…"


efc-FR


7 Décembre 2011


Dans le climat actuel, les professionnels des grandes banques d’investissement françaises pourraient être tentés de rejoindre des boutiques de corporate finance, d’autant plus que les besoins sont bien réels. « Si vous avez été lâché par une grande banque, il y a une poignée d’entreprises qui se manifestera pour vous embaucher assez rapidement », explique Logan Naidu, associé chez The Cornwell Partnership.

Les banques privées indépendantes font elles aussi le plein de banquiers issus des réseaux bancaires. Rothschild & Cie Gestion vient ainsi de recruter Alain Massiera l’ancien directeur mondial du métier Banque privée chez Crédit agricole, comme associé gérant en charge de la banque privée. Idem pour Lazard Frères Gestion, qui a récemment embauché deux anciens banquiers de chez Société Générale Private Banking pour relancer son bureau bruxellois.

Et ce n’est vraisemblablement qu’un début. « Dans les années à venir, les structures de taille moyenne vont clairement prendre l’avantage sur les mastodontes », nous a confirmé un recruteur spécialisé en finance. A noter que les postes à pourvoir concernent aussi bien des analystes débutants que des associés chevronnés.


« Small is beautiful »


Les arguments pour séduire les candidats les plus jeunes ne manquent pas. « Les maisons à taille humaine telles les banques d’affaires, les boutiques, ont trouvé grâce à leurs yeux, de par leur capacité à les mettre vite en situation, à les responsabiliser, voire à faire du ‘sur mesure’, là où les grands groupes, bloqués dans leur processus de sélection et de décision, peinent à les faire émerger », explique Denis Marcadet, président du cabinet de chasse de têtes Vendôme Associés (Agefi Hebdo).  […]

Cliquez ICI pour lire l’intégralité de l’article de Thierry Iochem dans le site eFinancialcareers.fr.